Tiques chez le chien

Tiques chez le chien : tout ce que vous devez savoir

Les tiques et les maladies vectorielles transmises par les tiques concernent les chiens comme les humains. Elles représentent un problème de santé publique en nette augmentation. Dossier spécial sur ces parasites.

Les tiques et les maladies vectorielles transmises par les tiques concernent les chiens comme les humains. Elles représentent un problème de santé publique en nette augmentation. Dossier spécial sur ces parasites qui représentent la première source de transmission de maladies aux animaux et la deuxième source pour les humains, après les moustiques. 

Les maladies transmises par les tiques progressent en Europe

L’Europe héberge plus de 60 millions de chiens. Notre mode de vie actuel, accorde de plus en plus de place aux animaux de compagnie et favorise leur mobilité (déplacements avec leurs maîtres). Parallèlement, la prolifération des populations animales sauvages et le réchauffement climatique créent un environnement favorable aux ectoparasites. Ces évolutions se traduisent par une augmentation du niveau d’exposition aux arthropodes parasites, tout particulièrement les tiques, agents vecteurs de zoonoses (maladies transmissibles à l’Homme et inversement).

Les tiques sont la deuxième source de transmission d’agents pathogènes (agents responsables de maladies) aux humains après les moustiques, et sont la première source de transmission d’agents pathogènes aux animaux. En Europe, les tiques ont été identifiées comme vecteurs d’au moins quinze maladies parmi lesquelles sept sont transmissibles à l’Homme. Ces infections comprennent notamment la maladie de Lyme et la méningo-encéphalite à tiques.

Les maladies vectorielles à tiques sont en augmentation en Europe tant chez les animaux que chez les humains. Ces trente dernières années, le nombre de cas de méningo-encéphalites à tiques a été multiplié par onze dans certains pays européens pour atteindre une moyenne de 1 382 cas par an dans la dernière décennie.

Le nombre de cas de maladie de Lyme humaine a été multiplié par cinq au Royaume-Uni. Les cas d’ehrlichiose canine observés dans les pays méditerranéens sont aussi en augmentation.

Par ailleurs, on assiste à une modification de la répartition géographique des maladies transmissibles par les tiques se traduisant par leur introduction dans de nouvelles zones. Par exemple, des cas de babésiose canine sont apparus en Allemagne du Nord et aux Pays-Bas. Au Royaume-Uni, on a détecté des cas d’ehrlichiose et de babésiose chez des animaux domestiques de retour de séjours dans d’autres pays.

Un risque toute l’année, même en hiver

L’activité normale des tiques s’est elle aussi modifiée. Leur période d’activité s’est étendue aux mois de février et mars. Les tiques restant actives plus longtemps, les risques d’infestation sont désormais présents toute l’année, même en hiver.

Heureusement, la place de plus en plus grande faite aux chiens dans notre vie de tous les jours s’est accompagnée d’une meilleure attention des propriétaires à leur santé et d’un accroissement des ressources consacrées à leur médicalisation.

Cela s’est traduit par une meilleure détection des agents pathogènes transmis par les tiques (notamment lors des consultations vétérinaires), et par la reconnaissance de la menace des maladies vectorielles à tiques non seulement pour les chiens, mais également pour les humains.

La progression rapide de ces maladies en Europe, requiert une plus grande vigilance et une protection renforcée contre les tiques, même dans les zones non endémiques.

Source : Laboratoire Merial
Photo : © https://wamiz.com/chats/conseil/reagir-cas-morsure-tique-animal-domestique-8315.html

    Leave a Comment

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *